Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) – 4e édition
níchiwamiskwém | nimidet | ma soeur | my sister
Commissaires invitées : Niki Little et Becca Taylor

La quatrième édition de la Biennale d’art contemporain autochtone approche à grands pas avec ses quatre expositions et sa programmation diversifiée comprenant des performances, des tables-rondes et des projections. Pendant deux mois, Montréal et Sherbrooke présenteront le meilleur de la création récente en art contemporain autochtone. Les co-commissaires invitées, Niki Little (Winnipeg / winnipi, MB) et Becca Taylor (Edmonton / amiskwaciwâskahikan, AB), ont rassemblé quarante-cinq artistes des quatre coins du continent américain pour cette édition entièrement consacrée aux femmes. L’exposition níchiwamiskwém | nimidet | ma sœur | my sister explore les liens de sororité multiples qui unissent les femmes autochtones. Ces liens sont intergénérationnels ou amicaux, des liens de sang et de solidarité qui sont nés dans l’adversité, dans la lutte ou dans la joie.

Répartie dans quatre lieux, la Biennale vous accueillera à la Galerie d’art Stewart Hall de Pointe-Claire, Art Mûr, La Guilde et le Musée des beaux-arts de Sherbrooke. De son côté, le Musée McCord présentera une soirée de projection de films autochtones et une table-ronde. En novembre, la Art Gallery of Mississauga accueillera une sélection itinérante des œuvres de níchiwamiskwém | nimidet | ma sœur | my sister.

Le programme de cette quatrième édition, riche en rencontres, révèle le regard que posent sur leurs réalités des artistes autochtones qui s’identifient en tant que femmes, queer et deux-esprits. Leurs pratiques passent par des stratégies diverses allant de l’appropriation à la transgression. Elles réinventent leurs identités, en réactivant des savoir-faire traditionnels et en bousculant les stéréotypes. De la sculpture à la vidéo en passant par les installations, la gravure, l’art textile, les performances, l’affiche politique ou le son, tous les médiums sont convoqués pour raconter, partager et éclairer des récits essentiels dans l’identité des femmes autochtones.