Du 2 au 5 juin 2022
Sky Hopinka : In Dreams and Autumn
Commissaire : Michael Patten
La Biennale d’art contemporain autochtone (BACA) – 6ème édition

Théâtre J. Armand Bombardier
Musée McCord
690, rue Sherbrooke Ouest
Tiohtià:ke / Mooniyang / Montréal (QC) H3A 1E9

Méditations transcendantes sur la langue, le paysage et le mythe, les œuvres ethnopoétiques de Sky Hopinka explorent les traditions du cinéma ethnographique et récupèrent cette forme comme véhicule d’expression personnelle extatique. Grâce à une superposition complexe de mots et d’images, Hopinka crée des collages audiovisuels denses et hallucinatoires qui reflètent son intérêt de longue date pour les langues autochtones menacées (en particulier le chinuk wawa, presque disparu) et les souvenirs culturels qu’elles renferment. Grâce à ses films et à son travail au sein du collectif COUSIN, qui soutient d’autres cinéastes autochtones, Hopinka s’est imposé comme une force vitale pour porter à l’écran l’expérience autochtone contemporaine.

Biographie

Sky Hopinka (Ho-Chunk Nation/Pechanga Band of Luiseño Indians) est né et a grandi à Ferndale, dans l’État de Washington, et a passé un certain nombre d’années à Palm Springs et Riverside, en Californie, à Portland, dans l’Oregon, et à Milwaukee, dans le Wisconsin. À Portland, il a étudié et enseigné le chinuk wawa, une langue indigène du bassin inférieur du fleuve Columbia. Ses vidéos, photos et textes s’articulent autour de positions personnelles sur la patrie et le paysage autochtones, de conceptions de la langue en tant que conteneurs de la culture, exprimées par des formes de médias personnels, documentaires et non fictionnels. Il a obtenu un BA de l’Université d’État de Portland en arts libéraux et un MFA en film, vidéo, animation et nouveaux genres de l’Université du Wisconsin-Milwaukee, et enseigne actuellement au Bard College en film et arts électroniques.

Son travail a été présenté dans divers festivals, notamment Sundance, le Festival international du film de Toronto, Ann Arbor, le Festival Courtisane, Punto de Vista et le Festival du film de New York. Son travail a fait partie de la Biennale du Whitney 2017, de la Triennale FRONT 2018 et de Prospect.5. Il a été commissaire invité à la Biennale du Whitney 2019 et a participé à Cosmopolis #2 au Centre Pompidou. Il a présenté des expositions personnelles à la Great Poor Farm Experiment en 2019 et au Center for Curatorial Studies, Bard College, en 2020. Il a reçu le Tom Berman Award for Most Promising Filmmaker au 54e Ann Arbor Film Festival, le New Cinema Award au Berwick Film and Media Arts Festival et la Mary L. Nohl Fund Fellowship for Individual Artists dans la catégorie des artistes émergents en 2018. Il a été boursier du Radcliffe Institute for Advanced Study de l’université de Harvard en 2018-2019, boursier Sundance Art of Nonfiction en 2019, boursier Art Matters en 2019, lauréat d’un Alpert Award for Film/Video en 2020, boursier Guggenheim en 2020, et boursier Forge Project en 2021.